• maison1.jpgLe 2ème article sur les jardins et bastides en pays d'Aix nous emmène au Puy-Sainte-Réparade au lieu-dit d'Arnajon.

    Lorsque le mini-bus s'est engouffré sur un chemin terreux encadré d'arbres, nous ne pensions pas découvrir une bastide aussi magnifique. Nous avions tous le souffle coupé par tant de beauté. Enfin, nous découvrions ce que nous étions tous venus chercher : une vrai bastide aixoise !!!!

    arnajon1
    Un bref historique vous permettra de situer l'époque de cette bâtisse.

    Le château fut bâti au 17ème siècle mais son origine est encore difficile à cerner. Mme Deluil-Martiny, propriétaire du château, laissa le domaine en héritage à son fils, le Général Pascal. Il prit alors le nom d’Arnajon (quartier où il est bâtit). Arnajon fut d’abord un rendez-vous de chasse dans un petit bâtiment carré puis des extensions permirent de créer une bastide rectangulaire avec une façade orientée à midi. Sur la façade ouest, une chapelle fut construite. 

    La famille Pascal est toujours l'heureuse propriétaire du domaine.

     

    Commençons la visite en photos...

    arnajon2La façade et quelques détails dont la génoise.
    Une génoise en Provence n'est pas l'excellent gâteau préparé par grand-mère mais la fermeture de l'avant-toit formé de plusieurs rangs de tuiles-canal posées en encorbellement sur le mur. L'origine de cette construction remontrait à la ville de Gêne, en Italie. Cette génoise, apposée sur toute les maisons provençales, a une signification bien particulière. Elle montrait la richesse de la famille. Plus la génoise possédait de rang, plus la famille était riche. A Arnajon, la génoise comporte 4 rangs donc... richesse dans la famille.
     
     arnajon3Comme toutes les bastides, une fontaine se dresse au milieu du premier jardin fourni de lauriers rose ou de palmiers (canariesis). Ces plantations sont posées dans les célèbres vases d'Anduze flammés (ici, ils proviennent de la manufacture Boisset). Ce n'est pas ma couleur préférée. Je préfère ces vases en vert... provenant "Des Cordeliers" (artisan créant ses propres vases)...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    arnajon4
    Toutes les bastides possèdent leur pigeonnier. Celui-ci (à droite) est particulier. Une bande de carrelage a été collée pour que les rats ne puissent pas voler les oeufs. Ces charmantes petites bêtes grimpaient le long du mur mais rencontraient un obstacle de taille : le carrelage... et patatra !!! elles se retrouvaient très vite en bas !!!
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    arnajon5Lorsque l'on descend au second niveau du jardin, nous pouvons admirer le bassin...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     arnajon6
     
    Le long du bassin, nous admirons la façade à l'origine de la bastide avec son escalier en fer à cheval. Le temps a passé et a commencé à dégrader la pierre.
    Une fontaine, entourée de végétation, se trouve au milieu de l'escalier.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    arnajon7A l'extémité du bassin, la salle de fraîcheur nous accueille. Elle porte bien son nom puisqu'il y faisait très frais !!! C'est en fait la dernière salle de ce type qui existe en Provence avec une partie de son décor en coquillage.
    D'ailleurs, M. Pascal cherche des mécènes pour la restaurer. S'il vous en donne l'envie, vous pouvez contribuer même modestement à cette restauration...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    arnajon8
     
    Quelques vues de la façade et des jardins à la française...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    arnajon9Enfin, le jardin d'hiver s'offre à nous avec ses variétés de palmiers, d'oliviers, de rosiers ou de cactus...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Notre visite (de plus d'une heure) s'est achevée par un rafaîchissement offert par le propriétaire des lieux.
     
    logo signature.jpg
     
     

    votre commentaire
  • maison1.jpgJ'ai décidé de vous présenter les 3 jardins et bastides que j'ai visité dans 3 articles différents agrémentés d'explications et de photos.

    Le premier jardin visité est le Jardin d'Albertas à Bouc-Bel Air dans la région d'Aix-en-Provence.

     

    Un peu d'histoire...

    albertas1La famille de Séguiran est propriétaire des terres de Bouc comme l’atteste un acte notarié datant de 1680. Henri et son fils Reynaud sont tous les deux Premier Président de la Cour des Comptes Aides et Finances de Provence et seigneur de Bouc depuis le début du XVIème siècle. Ils réalisent ces magnifiques jardins à la Française.

    Profitant de l’unique source du lieu, ils allient l’utile à l’agréable puisqu’ils sont le potager et le fruitier de Bouc et les jardins d’apparat les jours de fête. C’est en 1673, grâce au mariage de Marc Antoine d’Albertas (capitaine de vaisseau) avec Madeleine de Séguiran (fille de Reynaud de Séguiran) que les jardins entrent en possession des Albertas (famille d’origine italienne venant de la région d’Alba).

    Cette famille arrive en Provence, dans la région d’Apt, au milieu du XIVème siècle. Au XVème siècle, elle s’installe à Marseille où elle participe à l’essor du commerce marseillais en Méditerranée. Etant parmi les plus riches familles de négociants de la ville, elle compte plusieurs «consuls» qui administreront la cité phocéenne au cours des XVIème et XVIIème siècles. Puis, au milieu du XVIIème siècle, la famille vient à Aix avec Marc Antoine. Trois générations (Henri Reynaud, Jean-Baptiste et Jean-Baptiste Suzanne) se succèdent au rang de Premier Président de la Cour des Comptes, Aides et Finances de Provence. Ils furent de grand bâtisseur (hôtel et place d’Albertas à Aix, Parc de Saint Pons à Gémenos, travaux d’amélioration aux jardins d’Albertas…). 

     

    Les jardins...

    Les jardins sont classés Monument Historique. Ils associent à la grande tradition des jardins italiens de la renaissance, l’esprit du jardin « à la française » et une adaptation aux contraintes du climat provençal. Grâce au respect de la famille d’Albertas, qui a su maintenir vivant un jardin qui lui appartient toujours, le dessin des jardins est resté intact. Centré sur le château absent, le jardin est organisé comme un théâtre avec des promenades latérales encadrant une succession de terrasses : la terrasse des bosquets, celle du parterre de broderies, celle enfin du potager. On accède à cette partie du jardin en suivant les allées de marronniers qui conduisent au grand canal, à la grotte puis au bassin des dix-sept jets, l’un des chef-d’œuvres de l’art des fontaines en France.

    albertas canal
     
    albertas fraicheur
     
    albertas bassin 17 jets
     
    albertas terrasse
     
    albertas fin
     
    logo signature.jpg

     

     
     

     

     

     


    votre commentaire
  • maison1.jpgDans un précédent article, je vous invite à partager avec moi quelques jardins et bastides aixoises à partir du 15 août.

    Je tiens tout d'abord à vous raconter comment j'ai visité ces magnifiques demeures. Dans un numéro de "Des Racines et des Ailes" consacré à Aix-en-Provence, j'ai découvert de magnifiques bastides dont "La Mignarde". J'ai eu envie d'aller à la rencontre de ces demeures chargées d'histoire.

    Après quelques recherches sur internet, j'ai pris contact avec l'Office de Tourisme d'Aix en Provence. Il propose 2 circuits autour des bastides et jardins du pays d'Aix accompagnés par un guide. Les propriétaires n'ouvrent leur porte qu'au guide de l'office de tourisme. Nous étions donc des privilégiés le temps d'un après-midi.

    J'avais réservé mon circuit par téléphone. Après les formalités d'usage, nous avons été présentés à Thérèse, notre guide. Je tiens à la remercier pour nous avoir fait partager sa passion pour la botanique. Quel régal de l'écouter en français et en anglais ! J'en ai profité pour parfaire cette langue étrangère. Je n'étais pas la seule dans le mini-bus. Le monde entier était présent puisque les participants habitaient au Chili, aux Etats-Unis, en Angleterre, au Liban, au Japon et en France (Paris). C'était un bus très cosmopolite !!!!

    presentation article

    Le circuit se prolonge tout l'après-midi. Nous avons été reçu très chaleureusement par les propriétaires de chaque bastide. Un rafraîchissement nous a gentillement été servi à la fin de 2 visites. Je ne peux pas dire que la chaleur était suffocante. Ce cher Mistral avait décidé de se rappeler à nous. Les pulls étaient donc de rigueur.

    Je vous présenterais en détail à partir de lundi prochain le circuit et les photos que j'ai prises à cette occasion.

     

     

     

    logo signature.jpg

    votre commentaire
  • maison1.jpgAu temps des bastides...

     

     

     

     Cliquez sur l'invitation ci-dessous

    CC  


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires