• Déco poétique dans un moulin

    maison1.jpg

    Déco poétique dans un moulin

    Reportage : Marie Radot. Photos : Pierre-Jean Verger. - Art & Décoration

    Sur la rivière Loiret, un ancien moulin du XVIIIe a été transformé en une vaste maison familiale. La propriétaire, une artiste peintre et une chineuse inspirée, a donné libre cours à sa créativité. Un petit bijou.

     

    Rez de chaussee lit canape

    Situé sur les berges du Loiret, un ancien moulin construit par des moines au XVIIIe siècle était à l’abandon. Il a dû attendre les années 1960 pour être reconverti en… entreprise de plomberie par le grand-père de Valérie Richomme, l’actuelle propriétaire. Quand elle a hérité de la bâtisse, cette artiste peintre a tout de suite imaginé une vie moins industrieuse à ce pittoresque moulin entouré de saules pleureurs… « Quelque 400 m2 à transformer en habitation dans ce lieu magique, c’était un projet très excitant ! » Et un défi de taille à relever, car, à l’intérieur, seuls de vastes plateaux vides en ciment subsistaient. Les nouveaux propriétaires ont mis plus de vingt ans à rendre habitables les trois niveaux du bâtiment, et à en faire une vraie maison familiale. Le couple a commencé par refaire toute l’ isolation des murs pour parer à l’action de l’humidité ambiante. Ils ont également agrandi les fenêtres pour faire entrer la lumière, et pour profiter de la vue sur les feuillages des nombreux arbres qui se penchent au-dessus du cours d’eau…

     

      Salon blanc  

    La table basse du salon est une ancienne table de billard dont les pieds ont été coupés. Dans le globe, la composition « Zaza, le Clown », signée Valérie Richomme et Benoît Vieubled. Au-dessus, un lustre en fil de fer et pampilles, Ex Nihilo. À droite, face au secrétaire gris chiné, un fauteuil en carton réalisé par Valérie.

     

    Entree sallle a manger

    Deux grands volets anciens séparent l’entrée de la salle à manger . Un héron signé Valérie Richomme monte la garde.

     

    Cuisine

    Au rez-de-chaussée, le ciment de l’ancienne usine a été remplacé par du plancher et du carrelage. Le coin cuisine a été parqueté en wengé et le reste de la pièce en chêne blanc vieilli, tout comme les chambres à l’étage. Côté peintures, le blanc et le gris sont de rigueur. Un code couleur sobre et frais, qui, selon Valérie, « fonctionne aussi bien l’été que l’hiver ». Ces aplats gris et blanc sont également parfaits pour mettre en valeur les nombreux objets que Valérie a patiemment collectés au fil des ans. Ces derniers ont été patinés, restaurés par l’artiste, et détournés – des portes font office de têtes de lit, d’anciens volets de paravents…

     

    Chambre

    Ici, les objets ont tous été détournés. D’anciens escabeaux font office de tables de chevet. Sur chacun d’eux, « Agatha, la Rate Équilibriste », une création Benoît Vieubled et Valérie Richomme. Dessus-de-lit, drap ancien teint. Tête de lit , porte peinte. En bout de lit, un banc d’école avec trois dossiers. La tête de la drôle de dame a été réalisée avec des cartes de France.

     

    Sallle de bain baignoire

    Dans la salle de bains , un ancien meuble de garagiste accueille une collection de savons anciens. Bougies, Point à La Ligne . Au mur , lambris peints.

     

    De jolis rêves à tous.

    logo signature.jpg

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :