• des cuisines miniatures

    Des cuisines miniatures

    Les dînettes nous plongent dans l'enfance. Hervé en a constellé son salon de thé. Jeu et réalité sont si proches.

    Par Claire Le Bouar - Photos : Paul-André Coumes, Campagne Décoration.

     

    Jouer à la marchande » et « faire à manger ». Voici des jeux qui enchantent tous les enfants, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui. Les petites cuisinières et épiceries d’autrefois sont le reflet d’une culture et d’un art culinaire à la française où recettes de grand-mère et joie de vivre vont de pair. Chez Mamie Gâteaux, ce petit coin de bonheur au coeur de Paris qu’ont créé Hervé et sa femme, fine pâtissière, on ne pouvait rester insensible à ce plaisir simple.

    De quelle façon vous est venue l’envie de vous intéresser aux ménagères et aux fourneaux d’enfant ?
    Je vais vous étonner ! C’est grâce à une jeune japonaise. Elle m’a fait découvrir et aimer ces jouets qui pourtant appartenaient au patrimoine français. Elle était pâtissière chez Dalloyau à Tokyo. Aujourd’hui elle vit en France et Mariko est devenue mon épouse. J’ai quitté la finance et en 2003, nous avons ouvert ensemble notre salon de thé, « Mamie Gâteaux », où nous proposons des produits faits maison, tartes sucrées, salées, salades…. Notre salon évoque les cuisines de grand-mère. Sur les étagères, nous avons installé des petits fourneaux de poupées et des épiceries miniatures début XXe. Un univers lié à la préparation de petits plats, à la fois simples et familiaux, comme à la maison.

     

    Puis on fait bouillir les marmites sur des fourneaux JEP en tôle année 20.

    Qu’aimez-vous le plus ?
    Mariko et moi apprécions plus particulièrement les jouets les plus simples, non surchargés de détails superflus. Notre premier coup de coeur a été pour un tout petit fourneau en tôle avec un tuyau intégré sans tiroirs et sans aucun accessoire. Il est aussi sans marque comme cette balance d’enfant que j’adore personnellement et qui revendique sa fonction de « jouet » naïf mentionné deux fois sur sa face avant. Je chéris aussi cette armoire miniature en bois avec, peinte au pochoir, une petite fille grimpée à une échelle, tentant d’attraper un pot de confiture.

     

    Où trouvez-vous vos trésors ?
    Je vais souvent chiner aux Puces de Vanves. Il existe de nombreux modèles de petits fourneaux. Ils se déclinent dans toutes les tailles et de toutes les couleurs, en fonte ou en tôle émaillée. Avec ou sans dossier, ils ont évolué au fil des décennies, afin de ressembler le plus fidèlement possible au monde des adultes. Le Jouet de Paris (JEP) a ainsi créé pendant plus de 50 ans, une multitude de ménagères pour les fillettes. Toutes ces cuisinières sont équipées d’ une batterie d’accessoires : casseroles, louches, marmites, service à café.

    Encore dans leur emballage d’origine, dînettes de bazar milieu XXe.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par ailleurs, tous les matériaux sont utilisés pour fabriquer des éléments de cuisine en taille réduite : le fer, la porcelaine, l’aluminium, le cuivre, puis plus tard le plastique, Contrairement aux petits fourneaux signés JEP, la plupart des épiceries n’indiquent pas leur marque. Une société française a fabriqué beaucoup de ces jouets en bois : l’entreprise Villard et Weil. On reconnaît sa marque de fabrique grâce à un détail : la typographie de l’enseigne « épicerie » peinte au pochoir est toujours la même. L’absence de signature peut aussi s’expliquer par le fait que le mobilier en bois de poupées était fabriqué par un papa bricoleur ou un grand-père attentionné.

    On ne joue pas à la marchande et on ne fait pas la cuisine sans provisions…
    Bouteilles de lait, de vin, boîtes de thé ou de petits pois font partie de la panoplie de la parfaite ménagère. Basée dans le Val-de-Marne, la société André Meffray (SAM. Paris) était spécialiste d’ accessoires culinaires et produits alimentaires reproduits de façon miniature dans les années 40-50. Boîtes conserves, produits frais mais aussi lessive et autres produits d’entretien reprennent à l’identique le design et les logos des marques de l’époque… à petite échelle.

     

    De la même époque, un service à thé en porcelaine près d’un meuble de poupée peint au pochoir.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quels sont les accessoires rares à trouver ?
    Les services de dînette en fer blanc sont souvent incomplets mais peuvent être assez aisément reconstitués. Les égouttoirs se retrouvent eux aussi la plupart du temps sans la louche et l’écumoire assorties.Les épiceries en bois sont assez solides et résistent bien au temps. Elles sont assez faciles à trouver mais souffrent de manques, notamment de tiroirs. Il est encore plus rare de trouver les balances miniatures et les accessoires d’origine en carton.

    Cherchez-vous un modèle en particulier ?
    Nous n’en convoitons aucun en particulier. Nous laissons le hasard et la chance nous mettre sur le chemin des objets dont nous ignorions même l’existence. Il y a quatre ans, j’ai ouvert à côté du salon de thé une brocante où l’on retrouve l’univers poétique et nostalgique de l’enfance et tout récemment un rayon épicerie fine : caramels, biscuits, confitures…Tout le nécessaire pour une petite dînette entre amis.

    Mamie Gâteaux. 66-68-70, rue du Cherche-Midi - 75006 Paris - Du mardi au samedi, de 11 h 30 à 18 h.

     

    Tout d’une grande
    Devant une véritable cuisinière ancienne, ce petit modèle début XXe siècle n’a rien à envier à sa grande sœur avec un tuyau, une barre d’appui, des portes d’ouverture et des pieds à griffe.

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :